Sélectionner une page

Oser être soi pour être heureux

L’article ci-dessous a été écrit spécialement pour le carnaval d’articles initié par Gaëlle, du site sereinehypersensibilite.com et portant sur le thème « Oser être soi ».
Un carnaval d’articles est un événement inter-blogueurs. Les blogueurs qui veulent y participer écrivent un article autour d’un thème donné ! Ici Oser être soi.

Cet article est publié sur les sites :
http://sereinehypersensibilite.com
et
https://zenauquotidien.com

Il était une fois…

Il était une fois une petite fille brune. Cette petite fille était mal dans sa peau. A l’école maternelle, elle avait dix kilos en trop, ce qui suscitait les moqueries de ses copains et copines de classe. Ils l’appelaient « la grosse ».
A la maison, ce n’était pas vraiment mieux. Ses parents se disputaient souvent, et même si ce n’était pas forcément de sa faute, ça augmentait son mal-être. Elle aurait voulu partir, disparaître à tout jamais.
Cette petite fille était tellement mal dans sa peau! Elle se trouvait laide et avait honte d’elle-même. Elle aurait voulu être mince, et blonde aux yeux bleus, comme sa copine Anne, qu’elle trouvait très belle.
D’ailleurs, ce mal-être se voit sur les photos prises à cette époque: la petite fille ne sourit jamais.
Pour être acceptée des autres, la petite fille se conforme à ce qu’elle pense qu’on attend d’elle. A l’école, elle donne ses bonbons à ses copines, à la maison, elle se fait sage, effacée, pour ne pas déranger ses parents. Si elle les embête, ils vont se disputer à cause d’elle.

Et puis le temps passe. La petite fille entre à l’école primaire, et apprends à lire et à écrire. Pour fuir une réalité qu’elle déteste, elle se réfugie dans les livres, qu’elle dévore, et les séries télé, qui lui apportent du rêve.
Les personnages deviennent ses amis, elle-même s’imagine en héroïne venant sauver le monde, comme Wonder Woman* ou Super Jaimie *.

La vie continue. Les cours de natation et l’adolescence, pendant laquelle la petite fille grandit, associés à une alimentation plus équilibrée que le docteur a préconisée à sa mère, ont enfin raison de ses kilos en trop.
Mais le mal-être est toujours là et la petite fille se trouve toujours aussi moche. Quand elle se regarde, elle ne voit que ses défauts. Difficile de changer de regard sur soi, et encore plus difficile d’être soi-même quand on a du mal à s’accepter.

Le début de l’acceptation..

L’âge adulte arrive enfin. Pour certain, c’est la nostalgie de l’enfance. Pas pour la petite fille, qui est devenue une belle jeune femme.
Peu avant son baccalauréat, elle a découvert le développement personnel, et elle a entrepris un travail sur elle-même.
Elle commence à se sentir mieux dans sa peau, à oser dire ce qu’elle pense. De plus, le développement personnel la passionne. Il lui permet non seulement de se sentir mieux, mais aussi de vaincre sa timidité. Et ça l’aide dans ses études.
En fait, le développement personnel l’aide dans tous les domaines de sa vie.

Quelques années plus tard

La petite fille-nous l’appellerons désormais Fleur- a fini ses études. Elle a un travail bien payé et pas trop fatigant dans une banque renommée. Un fiancé aimant et attentionné.Beaucoup envient sa situation.
Mais Fleur n’est pas de cet avis. Elle s’ennuie dans son travail, qu’elle trouve inintéressant. Elle s’ennuie dans son couple, son amour s’est transformé en amitié. Toujours passionnée de développement personnel, elle rencontre un jour une énergéticienne qui l’initie à la loi de l’attraction. Elle l’applique, mais sceptique tout de même. Ca marcherait donc, ces choses-là?

Et puis deux mois plus tard, en ouvrant sa boîte mail, elle découvre une publicité pour une formation. Elle demande plus de renseignements, et on lui envoie des vidéos.
Et là, c’est la révélation. Elle comprend enfin pour quel métier elle est faite. Elle s’inscrit à cette formation, et l’aventure commence.

Oser enfin être soi-même

Deux ans plus tard..
La formation est terminée depuis longtemps, mais Fleur a pu changer de métier. Elle fait désormais un travail qui la passionne, si on peut appeler ça un travail, tellement elle le trouve passionnant! Elle gère quatre sites internet, voyage souvent, donne des conférences dans le monde entier, en plusieurs langues, rencontre des gens avec qui elle se sent en phase. Elle a même rencontré celui qui est désormais son mari, et avec qui elle a fondé sa famille.

La petite Fleur s’est enfin épanouie.
Tout simplement parce qu’un jour, elle a osé être elle-même!!

Conclusion

Il est très difficile d’oser être vraiment soi-même.
Le manque de confiance en soi, la peur du regard et du jugement des autres, la peur d’être rejeté aussi font qu’on préfère quelquefois jouer un rôle. Celui de quelqu’un d’autre, qu’on trouve mieux, peut-être plus dans la norme, peut-être plus acceptable socialement.
Jouer un rôle, c’est aussi ne pas se montrer tel que l’on est, pour se protéger, et ne pas souffrir en cas de rejet.
Mais c’est aussi se nier soi-même, ses propres émotions, s’effacer au profit d’un personnage qui n’existe pas, et au final, être encore plus malheureux.
Ce type de comportement peut quelquefois conduire à des maladies graves. C’est alors le corps qui réagit, qui en a marre de cette mascarade.
J’ai lu des interviews de personnes qui ont eu un cancer et qui ont alors compris, de par cette maladie, qu’elles n’étaient plus en phase avec elle-même. La maladie leur a permis de se retrouver elle-même, d’oser être elles-mêmes. Et en osant être elles-mêmes, elles ont vaincu le cancer.

Je terminerai cette histoire en disant que quoique l’on fasse, quoique l’on dise, on ne peut de toute façon pas plaire à tout le monde. Il y aura toujours des gens pour critiquer.
Il est donc important, primordial même, de plaire et d’être bien avec la seule personne avec laquelle on est sûre de partager toute sa vie: soi-même. En osant être soi.
* Wonder Woman et Super Jaimie: héroïnes de télé des années 80.

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez en cadeau l'ebook"10 clés pour être zen au quotidien"

Merci! Votre cadeau arrivera directement dans votre boîte mail!