Sélectionner une page

J’ai perdu 40 millions d’euros. Ce n’est pas moi qui dis cela, mais l’entrepreneur Ludovic Bréant, que j’ai eu la chance d’interviewer en 2018 à l’occasion de la sortie de son livre autobiographique.

Et il ajoute même : « et j’ai découvert une vie pleine de sens ».

Quand j’ai lu ces lignes, qui sont aussi le titre de son livre je me suis demandée comment il avait pu survivre à ce genre d’épreuve.

Perdre autant d’argent, surmonter cela et en plus y trouver du sens !! Comment a-t-il fait ?

Et plus généralement, comment fait-on pour rebondir après une épreuve?

1/ L’histoire

Ludovic Bréant a commencé à entreprendre très jeune et sans fortune personnelle.

Pendant des années, tout lui réussit. Il achète et créé plusieurs sociétés dont l’une est même introduite en Bourse.

Mais la crise de 2008 le frappe de plein fouet. Le chiffre d’affaires de ses sociétés diminue peu à peu. Puis c’est la faillite.

Ludovic Bréant se retrouve ruiné, abandonné par la plupart de ses amis, malmené par la presse qui le fait même passer pour un chef d’entreprise malhonnête, et en procès.

Difficile de faire face à tout ça. Et pourtant…

2/ Les outils pour s’en sortir

Ludovic Bréant s’intéressait au développement personnel bien avant la banqueroute à laquelle il a dû faire face.

Et lorsqu’il a eu à affronter toutes ces épreuves, il est allé rencontrer des experts en développement personnel comme des sophrologues, des psycho-énergéticiens, des chamanes,..

Ces personnes l’ont aidé à prendre du recul et à lâcher prise par rapport à ce qu’il vivait, puis à mettre en pratique des outils de développement personnel qu’il connaissait déjà sans les utiliser, et notamment :

La méditation : Ludovic Bréant a alors commencé à méditer quelques minutes tous les jours. La méditation lui a permis, et lui permet encore aujourd’hui de prendre de la hauteur et de se reconnecter à lui-même.

Le fait de méditer a un effet apaisant sur le cerveau. Une fois qu’on est plus calme, il est plus facile de relativiser une situation.

La pleine conscience : grâce à la pleine conscience, au fait d’être pleinement présent dans ce qu’il vit, il a pris conscience de la beauté de la vie malgré les épreuves. Cette prise de conscience l’a aidé à relativiser les difficultés qu’il vivait et lui permet aujourd’hui de profiter pleinement de l’instant présent.

Faire les choses en conscience, c’est-à-dire en y mettant toute notre attention et sans se laisser distraire par un facteur extérieur, fait que l’on voit mieux le côté positif des choses. On ne nie pas pour autant le négatif, mais il semble plus facile à surmonter.

L’introspection : il a également commencé à faire une introspection en lui-même. Grâce à cela, il a pu observer puis accepter la souffrance morale provoquée par le dépôt de bilan, pour mieux la dépasser ensuite.

Faire une introspection à l’intérieur de soi, c’est-à-dire être à l’écoute de ses émotions, de ses pensées, et des réactions qu’elles provoquent dans le corps permet de mieux se connaître, de comprendre comment nous fonctionnons. Cette compréhension nous aide ensuite pour accepter et surmonter plus facilement des situations qui peuvent nous sembler pénibles.

L’acceptation de la situation: dans un premier temps, Ludovic Bréant n’a pas accepté ce qu’il lui arrivait. Pour lui, ce dépôt de bilan était un terrible échec qu’il ne pouvait même pas concevoir. Ce refus de la situation lui a rendu la situation encore plus difficile à vivre.

En effet, rejeter en bloc un problème appelle des énergies contraires à cet événement, et en retardent la résolution. C’est ce qui s’est passé ici.

Une fois qu’on accepte les épreuves, l’énergie circule mieux, elle est plus fluide. Et comme par magie, on est plus à même de les surmonter. On peut mobilier ses forces pour faire face, et non plus pour résister.

La prise de responsabilité : après avoir accepté la situation, Ludovic Bréant a validé le fait d’avoir une part de responsabilité dans ce qu’il lui arrivait. Ca lui a permis d’avancer de la façon la plus positive possible.

Là encore, le fait de comprendre qu l’on a une part de responsabilité dans tout ce qui nous arrive, nous place dans une position d’acteur par rapport à ce que l’on vit. Et en tant qu’acteur, on peut changer les choses.

Comprendre cela ne nous protège pas des épreuves de la vie. Mais cela nous aide à mieux les affronter.

Ce sont quelques outils de travail sur soi qui ont aidé Ludovic Bréant dans les épreuves qu’il traversait mais qui peuvent aider tout le monde au quotidien. Vous pouvez les tester vous aussi et vous verrez qu’ils sont efficaces.

3/ Ce que peuvent apporter des épreuves de positif

Concernant Ludovic Bréant, les épreuves qu’il a traversées lui ont fait prendre conscience de ce qui était important pour lui, de ses priorités.

D’abord, prendre chaque jour un peu de temps pour lui, pour se ressourcer. Que ce soit par la méditation, le sport ou une promenade dans la nature.

Puis consacrer du temps aux gens qu’il aime, à son épouse, à sa famille.

Ne pas mettre tout son temps ni toute son énergie à travailler. Ainsi, il a installé son bureau à 150 km de chez lui afin de ne pas s’y rendre tous les jours.

Il a de ce fait pu gagner en qualité de vie, en qualité d’énergie et d’attention en étant pleinement présent à ce qu’il fait et en ne faisant qu’une seule chose à la fois.

Il a aussi compris que ces épreuves étaient arrivées pour le faire évoluer. Son comportement et la vie qu’il menait avant ce dépôt de bilan l’auraient peut-être amené vers une dépression ou un burn-out, et la vie s’est chargée de le rappeler à l’ordre.

D’une manière générale, les épreuves que nous traversons (sauf peut-être les décès de personnes chères, encore que l’on peut trouver du positif aussi dans ce type d’épreuves, le sujet sera traité dans un autre article) sont des signaux de la vie pour nous indiquer que nous devons évoluer, changer des choses dans notre vie.

J’ai souvent entendu dire d’anciens malades du cancer que grâce à la maladie, ils avaient pris conscience de la valeur de la vie. Ou des personnes qui ont trouvé leur mission de vie suite à un burn-out et qui ont créé une activité professionnelle passionnante.

Les épreuves arrivent généralement après des événements plus doux destinés eux aussi à nous faire changer mais que nous n’avons pas forcément vus, ou auxquels nous n’avons alors pas prêté attention au moment où ils se sont produits.

Ca peut être par exemple la restructuration d’une entreprise dans laquelle nous travaillons et dont les valeurs nous sont de plus en plus étrangères, mais dans laquelle nous restons tout de même par peur du changement. Ou le fait d’avoir une baisse d’énergie sans explication médicale, et qui peut tout simplement signifier que nous ne sommes plus à notre place et qu’il faut changer certaines choses. Si nous ignorons ce type de signaux d’alerte, la vie nous en envoie d’autres, plus brutaux, plus violents, qui nous font mal et nous obligent ainsi à réagir.

Nous voyons les épreuves comme des choses négatives, alors que que ce sont à la base des événements neutres. Le coté positif ou négatif que nous leur donnons ne dépend de que notre perception de ce qui arrive. C’est notre prisme qui donne une interprétation de la réalité. Deux personnes prises dans le même embouteillage ne réagiront pas de la même façon. La première s’énervera, insultera les autres automobilistes, alors que la seconde verra l’occasion d’écouter un audio sur son portable, et de prendre un peu de temps pour elle, en attendant que la situation revienne à la normale.

Je vous laisse méditer là-dessus. N’hésitez pas à faire des retours en commentaires.

Pour en savoir plus sur Ludovic Bréant :

Si vous souhaitez acheter son livre : https://amzn.to/2ZnQTMw

Le lien vers l’interview :

Merci à Ludovic Bréant pour la relecture de cet article.

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez en cadeau l'ebook"10 clés pour être zen au quotidien"

Merci! Votre cadeau arrivera directement dans votre boîte mail!